Logo de Terre d'Abeilles
Le Groupe Méthodes

Réactivation du Groupe Méthodes : un grand pas pour l'avenir de l'apiculture

C'est pour pallier aux graves carences en matière d'évaluation des produits phytosanitaires et être conforme aux exigences de la directive européenne 91/414 CEE, que le groupe de travail Méthodes « Abeilles » avait été constitué par Hervé GAYMARD (ex-Ministre de l'Agriculture) en 2004, avec pour objet la rédaction de protocoles de tests d'évaluation pertinents et permettant d'identifier en particulier les effets dits sublétaux des pesticides.

Interrompu temporairement, ce groupe de travail a été réactivé en mai 2006 par la DGAl qui le place sous l'égide de la Commission des Essais Biologiques (CEB). Ayant largement contribué à la création et à la relance de ce groupe auquel participe Frank ALETRU, Vice-président de Terre d'Abeilles, nous nous sommes réjouis de cette décision.

Le groupe est composé d'un représentant du ministère de l'Agriculture, de chercheurs, de représentants des firmes agrochimiques et de l'ANSES (ex-AFSSA), d'un représentant de l'ACTA, d'un professionnel prestataire en évaluation pesticides et de Frank ALETRU, apiculteur/apidologue.

Réuni le 25 mai 2010, le groupe a retenu trois premières thématiques de travail :

  • Méthode en plein champ d’évaluation des effets non intentionnels d’un pesticide (Méthode actuellement validée par la CEB)
  • Test sur le développement des glandes hypopharyngiennes de l’abeille (INRA) (Méthode actuellement validée par la CEB et au niveau international par l'ICPBR)
  • Évaluation de l’impact des pesticides en application décalée sur abeilles (effets des produits systémiques utilisés avant floraison, mais encore présents durant la floraison).

2012-2013 : Des travaux d'intérêt international

Le protocole de test du "Contrôle du vol de retour de la butineuse à la ruche", d'une importance capitale dans le cadre de l'amélioration de l'évaluation, a été consciencieusement élaboré. Il est dorénavant en cours de rédaction. La dernière phase avant la mise en application au plan européen de ce nouveau protocole est le Ring Test. Reste à trouver au plus vite les moyens de le financer... ce que le ministère de l'Agriculture n'envisage pas d'assumer. Terre d'Abeilles suggère donc, en toute logique, que les industriels de l'agro-chimie assurent le financement de ces Ring-Test, dans l'intérêt général des populations, de la santé publique et de l'environnement.